Bienvenue sur le site du HOK LE ISRAEL HABAHIR.. L'édition bilingue en dix volumes est maintenant complète. Pour nous contacter : pour cette Édition ou pour nos deux autres ouvrages : HAFTAROTE ET PROPHETES OU "AUX SOURCES DU JUDAISME" ---> MOCHE ELKOUBY : MAIL - elkouby.m@gmail.com ou Tel en Israël : 054 533 46 87 et en France : 01 77 47 08 05.
Identification  
Nom
Mot de passe
S'inscrire au Hokleisrael
Accueil
Qui sommes nous ?
Liens utiles
Recherche
Lexique
Aide
Nous contacter
Hok > HAYÈ SARA > Yom Chichi >
Retour

Trad / Fr
Hebreu
A la mémoire de :
Joseph Raphaël Dahan Ben Bida Amar
décédé le 7 juillet 2007 - 21 Tamouz 5767

Eliyahou Mattatia ben Sara Russo
Décédé le 28 12 1984 - 4 Tévet 5745

Baroukha Mattatia bat Caroline
Décédée le 28 Juillet 2000 - 25 Tamouz 5760

Rabbi 'Hanania Ouaknine Ben Chélomo et ra'hel
décédé le 3 Tévet 5761

Marat Reina Ouaknine bat Mali'ha et David
décédée le 16 Tichri

Prosper Messaoud Sebbah ,Clémence André Sebbah, Léon Yéhouda Daoudi, Jacob Yaacov Daoudi, Sarah Daoudi, Yaacov Uzan


Koskas Rahamim Clément ben Raphaël et Maïssa
décédé le 5 Janvier 1986 - 24 Tevet 5746

Lucienne Myriam ELFASSY Bat Sultana Darmon et Yossef(Zouzou) ELFASSY
Décédés respectivement le : 2 Adar 5767 (20/2/07) et 27 Elloul 5738 (29/09/78)

Giles Kiki Yaacov Zarka
décèdè le 18 Juillet 2007-3 Av 5767

Jacques Temstet fils de Rika et de Gabriel
décédé le 23/09/2003 - 26 Eloul 5763

T 0234 - Résumé de Parachate ‘Hayè Sara complété de

commentaires extraits de sources diverses

Abraham, après la mort de sa femme

 

(1) Plan de la Paracha : a. Vingt-six premiers versets :

- Mort de Sara et son enterrement dans le caveau de Makhpèla, acheté par Abraham.

- Abraham charge Eli’ézer, son serviteur, de se rendre en Chaldée afin de ramener une épouse digne de son fils Yits’hak.

 

b. Vingt-six versets suivants :

- Abraham assure son serviteur que D.ieu l’aidera à accomplir sa mission et qu’il sera délié de son serment si la jeune fille qu’il aura trouvée refuse de le suivre au pays de Canaan.

- Eli’ézer demande à D.ieu de lui désigner la jeune fille destinée à Yis’hak, par un signe convenu à l’avance.

- Sa requête ayant été immédiatement exaucée, Eli’ézer se rend dans la famille de la jeune fille, Rivka, afin de demander sa main pour Yits’hak.

 

c. Suite et fin de la Paracha :

- Avec l’accord de sa famille, convaincue par le récit d’Eli’ézer, Rivka part au pays de Canaan et devient l’épouse de Yits’hak.

- Abraham se remarie et meurt au bout d’une quarantaine d’années.

- La Paracha se termine par la liste des fils de Yichma’el.

 

2) Exposé des thèmes de la Paracha

 

a. La mort et l’enterrement de Sara : Après la ‘Akèdate Yits’hak (« le ligotage de Yits’hak » sur l’autel en vue de l’immoler sur l’ordre de D.ieu), relatée dans la Paracha précédente (Vayèra), Abraham connaît une nouvelle épreuve : sa fidèle épouse meurt et il n’a pas la moindre parcelle de terrain où l’enterrer, dans le pays de Canaan promis à sa descendance.

Au bout de maintes tractations, il réussit à acquérir le caveau de Makhpèla, à Hébron (connu aujourd’hui sous le nom de « caveau des Patriarches » car, selon le témoignage de la Tora, Abraham y est enterré avec Sara, Yits’hak avec Rivka et Ya’akov avec Léa).

b. Dans ses vieux jours, Abraham se soucie de trouver une femme pour son fils : Après avoir fait jurer Eli’ézer, son serviteur, qu’il ne choisira pas pour Yits’hak une femme cananéenne, il l’envoie à Aram Naharaïm, son lieu de naissance, pour qu’il ramène une jeune fille de là-bas.

- Arrivé à destination, Eli’ézer demande à D.ieu de lui désigner la femme destinée à Yits’hak par un signe : celle qui proposera spontanément d’abreuver les dix chameaux qu’il a amenés avec lui. Sa prière se réalise aussitôt : la jeune fille qui a donné à boire à ses chameaux n’est autre que Rivka, la petite-fille de Na’hor, frère d’Abraham.

- Invité chez elle, Eli’ézer raconte avec force détails la mission dont il a été investi et obtient la permission de la famille de la jeune fille de l’emmener immédiatement au pays de Canaan. Là, elle devient l’épouse bien-aimée de Yits’hak, qui se console ainsi de la perte de sa mère. En effet, explique Rachi, Rivka, comme Sara, amène la bénédiction et la Présence divine sur son foyer.

 

c. Le remariage d’Abraham et sa mort

- Après le mariage de Yits’hak, Abraham se remarie avec Kétoura (que certains commentateurs identifient à Hagar, l’ancienne esclave de Sara, qui lui avait donné un fils : Yichma’el ; voir Bérèchite chapitre 16). Avec Kétoura, Abraham a des enfants, recensés par la Tora.

- Abraham meurt à l’âge de cent soixante-quinze ans, « rassasié de jours », comme D.ieu le lui avait promis. Ses deux premiers fils, Yits’hak et Yichma’el, l’enterrent dans le caveau de Makhpèla, aux côtés de Sara.

d. La Paracha se termine par la liste des fils de Yichma’el.

 

Commentaire sur la paracha : A propos du verset (Kohélète 1,5) : « Le soleil se lève, le soleil se couche », le Midrach (Bérèchite Raba 58,2) demande : « Ne savions-nous pas que le soleil se lève et que le soleil se couche ? Mais en réalité, le verset vient nous dire qu’avant de faire coucher le soleil d’un juste (en lui ôtant la vie), le Saint béni soit-Il fait briller le soleil d’un autre juste. Ainsi, avant que le soleil de Sara ne se couche, D.ieu avait fait briller le soleil de Rivka ».

L’Eternel assure la survie du peuple d’Israël en implantant à chaque génération un nouveau juste et une nouvelle « mère ».

 

Dans notre Paracha, on voit Rivka succéder à Sara. En effet, il est écrit (Bérèchite 24,67) : « Yits’hak la conduisit dans la tente de Sara, sa mère ; il prit Rivka pour femme et il l’aima, et il se consola d’avoir perdu sa mère ». A ce propos, Rachi rapporte le Midrach bien connu : « Tant que Sara était en vie, une bougie restait allumée d’un vendredi à un autre, la bénédiction résidait sur la pâte et une nuée planait sur sa tente ; à sa mort, ces phénomènes miraculeux disparurent. Ils reparurent à l’arrivée de Rivka ».

 

« La nuée », expliquent Ramban* et Chem Michémouel*, est le signe de la Présence divine, comme « la nuée de l’Eternel sur le Tabernacle » (Chémote 40,38). « La bougie » évoque le candélabre du Tabernacle et du Temple. Enfin, « la bénédiction sur la pâte » fait allusion aux pains de proposition (« Lé’hem Hapanim ») qui étaient posés sur la Table et qui restaient frais et chauds pendant une semaine (voir I Chémouel 21,7 et Yoma 21a).

Autrement dit, à travers ce Midrach, les Sages veulent nous apprendre que chaque couple juif est appelé à bâtir un Sanctuaire, un lieu de résidence de la Présence divine.

 

Pour cela, la femme doit posséder trois qualités caractéristiques du peuple juif – la retenue ou la pudeur, la miséricorde et la générosité (Yébamote 79a). C’est pour tester ces deux dernières qualités qu’Eli’ézer avait fixé son choix sur la femme qui allait proposer spontanément d’abreuver ses chameaux. Ayant passé brillamment ce test, Rivka fut reconnue digne d’épouser Yits’hak et de devenir la deuxième Matriarche du peuple d’Israël.

 



Termes et conditions Confidentialité A propos des EDITIONS ADLIC Contact
Copyright 2008 - HOK-LE-ISRAEL HABAHIR tous droits réservés www.hli.li